Ce mois de novembre a été déplaisant pour les consommateurs. En cause, l’augmentation du prix de l’électricité sur la bourse belge de l’énergie. Comment expliquer ce phénomène ?

Alors que pour la journée du 1er novembre, le mégawattheure (MWh) était à 45,11 € sur la bourse belge de l’électricité (Epex Spot Belgium, anciennement Belpex), il a bondi à 122,61 € le 9 novembre. En quelques jours à peine, son coût a donc plus que doublé alors que l’écart habituel oscille entre 30 et 50 €/MWh. Pourquoi une telle envolée ? La question se pose, d’autant plus que si le prix est ensuite redescendu à 45,53 € le dimanche 12, il a encore connu une forte hausse le 14 novembre (113,84 €).

Les trois facteurs influençant le prix de l’électricité

Il est vrai que la valeur de l’électricité a particulièrement augmenté en ce mois de novembre. Toutefois, les prix n’ont pas encore atteint le pic historique du 22 septembre 2016. Ce jour-là, en raison de l’arrêt de Tihange 1, le MWh avait grimpé à 188,74 €. La situation a donc déjà été pire mais, une fois de plus, elle n’est pas étrangère au nucléaire.

Les causes de ces différentes hausses sont en effet dues :

  1. aux températures légèrement inférieures à la moyenne saisonnière : plus il fait froid, plus la consommation d’électricité devient élevée. C’est alors le jeu de l’offre et de la demande. Dès que les besoins sont supérieurs à la quantité d’électricité disponible sur le marché, les prix grimpent.
  2. à l’arrêt de centrales au gaz et à l’indisponibilité de deux réacteurs nucléaires : Tihange 1, inactif depuis mi-septembre, n’a redémarré que le mercredi 22 novembre tandis que la révision de Doel 3 se poursuivra jusqu’en avril 2018.
  3. à la faible production d’énergie renouvelable : avec peu de vent et peu de soleil, difficile de produire de l’électricité 100 % verte notamment grâce aux éoliennes et panneaux photovoltaïques.

La facture des consommateurs va-t-elle augmenter ?

En théorie, vous êtes à l’abri de la volatilité des prix de gros de l’électricité. Cela est en tout cas vrai pour la majorité des consommateurs, les tarifs indépendants de ces pics étant les plus répandus. Par contre, les personnes dont le contrat d’énergie est indexé sur Belpex subiront l’instabilité des prix et, dans le cas présent, leur hausse. Selon Tom Van de Cruys, CEO de Lampiris, « il s’agit surtout de clients B2B, mais certains fournisseurs proposent aussi ce type de contrat à des clients B2C. Ce n’est pas notre cas ».

Si vous disposez d’un contrat d’électricité à prix fixe ou que votre fournisseur d’électricité est Lampiris, vous voilà donc rassuré. Au moindre doute, n’hésitez pas à nous joindre gratuitement au 0800 37 369. Nous prendrons le temps d’analyser avec vous votre facture ainsi que votre formule tarifaire afin de vous permettre de réaliser des économies.

Une augmentation des prix signifie-t-elle une grosse facture annuelle ?

Vous êtes concerné par l’indexation Belpex ? La situation de ce mois de novembre sur la bourse de l’énergie vous est défavorable mais rassurez-vous : vous devriez échapper à une facture d’électricité importante. En effet, la composante énergie (prix du kWh et redevance) ne représente que 23 % du montant total de la facture d’électricité d’un Wallon. À Bruxelles, elle compte pour 27% et en Flandre, pour 18 %.

Le reste ? Il est réparti entre les coûts de transport et de distribution ainsi que les taxes et surtaxes. Ce sont donc surtout lorsqu’un de ces derniers éléments augmentent que vous ressentez la différence financièrement. Malheureusement, vous ne pouvez que vous y plier car seule la partie énergie est ouverte à la concurrence. Profitez toutefois de cette fenêtre de tir pour payer moins cher en changeant de fournisseur d’énergie !

Réagir !