Vous désirez rejoindre un fournisseur investissant dans l’énergie renouvelable ? Bonne nouvelle, le nouveau classement Greenpeace recense justement les bons et mauvais élèves en matière d’environnement.

En apparence, souscrire une offre d’électricité verte est une intention louable. Protéger la planète et limiter le réchauffement climatique est en effet dans l’air du temps et, selon plusieurs associations, une réelle urgence. Devant l’importance des enjeux, certains adoptent une multitude de petits gestes au quotidien qui, au final, font la différence. Il est par exemple réalisable par tout un chacun de réduire sa consommation d’eau, d’éviter l’utilisation de produits toxiques, de recycler ses déchets… ou encore de choisir son fournisseur d’électricité et/ou de gaz avec soin.

Si ce dernier point demandait auparavant un effort important aux consommateurs, il n’en est plus rien. Du moins, pour connaître le caractère vert de l’énergie fournie ainsi que la politique environnementale de l’entreprise. En effet, le classement de Greenpeace Belgique dévoile directement les fournisseurs les plus verts du marché.

C’est quoi déjà, l’électricité verte ?

Si le classement de Greenpeace est intéressant, c’est parce qu’il permet de mettre en lumière une pratique controversée, bien que légale : l’achat de labels de garantie d’origine (LGO). En Europe, les fournisseurs d’énergie peuvent commercialiser des offres 100% vertes, appellation qui laisse logiquement penser les consommateurs que l’électricité vendue à cette occasion est issue d’une source renouvelable. Pourtant, cela n’est pas forcément le cas.

En effet, lorsqu’un fournisseur vend une offre d’électricité 100% verte en Europe, il est tenu de prouver que cette électricité est verte en fournissant des LGO en quantité égale. Trois cas de figure sont alors possible :

  1. Le fournisseur produit lui-même cette électricité à partir de sources renouvelables (photovoltaïque, éolien, hydraulique, biomasse…) et reçoit automatiquement des LGO pour cette production ;
  2. Le fournisseur produit cette électricité à partir de sources non renouvelables (nucléaire, gaz, charbon…) mais achète des LGO auprès de petits producteurs renouvelables situés en Europe ;
  3. Le fournisseur n’a pas d’unités de production et achète l’électricité sur le marché de gros. Le fournisseur est alors tributaire du mix de production qui peut, le cas échéant, ne pas être 100% renouvelable. Le fournisseur se retrouve par conséquent dans le cas évoqué précédemment : il doit acheter des LGO auprès de petits producteurs renouvelables.


Dans les faits, il est donc tout à fait possible de proposer des offres d’électricité verte tout en investissant dans les énergies polluantes. Embêtant pour les ménages ne souhaitant absolument pas financer le nucléaire, les centrales au gaz ou au charbon. C’est pourquoi Greenpeace, à travers son classement, souhaite aider les consom’acteurs à trouver un fournisseur qui contribue réellement au développement de l’électricité verte.

Des fournisseurs classés par nombre de soleils

Dans le classement Greenpeace, chaque fournisseur obtient une note sur 20 en fonction de sa politique énergétique et de la pondération des facteurs pris en compte. Ensuite, sur la base de ce score et de critères précis, l’ONG attribue aux entreprises un certain nombre de soleils :

  • 4 soleils ou « fournisseur fortement recommandé » : il s’agit des fournisseurs ayant obtenu au moins 18/20 et obligatoirement membres de REScoop, la fédération des associations et coopératives citoyennes wallonnes d’énergies renouvelables.
  • 3 soleils ou « fournisseur recommandé » : les fournisseurs en question ont reçu une note comprise entre 15 et 20/20 et sollicitent très peu (5% maximum) les énergies polluantes dans le cadre de leurs achats ou de leur production d’électricité.
  • 2 soleils ou « fournisseur acceptable » : entrent dans cette catégorie les fournisseurs dont la note oscille entre 12 et 15/20.
  • 1 soleil ou « peut mieux faire » : le fournisseur s’est vu décerner une note entre 5 et 12/20.
  • 0 soleil ou « fournisseur déconseillé » : dans ce cas, soit le score énergétique obtenu ne dépasse pas 5/20, soit le fournisseur continue d’investir dans le nucléaire ou les énergies fossiles.

Les coopératives d’électricité verte sur la première marche du podium

En 2016, Cociter, Ecopower et Wase Wind avaient remporté le nombre maximum de soleils possible. Cette année, ces trois coopératives figurent à nouveau en haut du classement mais cette fois, elles sont rejointes par Energie 2030 qui a donc gagné un soleil supplémentaire. Avec trois soleils, Eneco et deux autres entreprises les talonnent tandis que Mega, Poweo et Ebem en récoltent deux.

En bas du classement, avec zéro soleil, figurent notamment à nouveau les trois fournisseurs d’énergie principaux en Belgique : Engie Electrabel, Lampiris et EDF Luminus. Une mauvaise nouvelle pour eux, mais sans doute pas surprenante, alors que Belpower et Essent.be peuvent maintenant se targuer de posséder un soleil.

Classement 2017 des fournisseurs d'électricité en Belgique réalisé par Greenpeace

Source : Greenpeace Belgique

Au regard du classement Greenpeace, vous désirez changer de fournisseur d’énergie ? Bonne idée ! Voilà l’occasion d’en soutenir un plus écologique et de réaliser des économies ! Cependant, diminuer votre facture ne sera possible qu’à condition de choisir la meilleure offre d’électricité, verte si possible, parmi celles proposées par le fournisseur désiré. Pour ce faire, vous pouvez simplement utiliser le comparateur Greenpeace.

Si vous avez des questions sur la méthodologie employée par Greenpeace, n’hésitez pas à joindre un de nos conseillers par téléphone au 02 318 68 86 ou par e-mail à l’adresse info@comparateur-energie.be. Il vous répondra avec plaisir et sera notamment en mesure de vérifier quel est le prix de l’électricité le plus avantageux pour vous en fonction de votre consommation.

Sur quels critères Greenpeace fonde son classement ?

Au diable l’énergie nucléaire et les combustibles fossiles car trop néfastes pour l’environnement ! C’est, en résumé, en partant de ce principe que Greenpeace effectue son classement des fournisseurs d’électricité actifs en Belgique.

Concrètement, l’ONG distingue les fournisseurs en fonction de trois critères :

  1. Leurs investissements dans les énergies renouvelables (50% des points) ;
  2. Leurs achats d’électricité et/ou leur production actuelle (35% des points) ;
  3. Leur mix énergétique (15% des points).

Pour rendre le résultat compréhensible aux yeux des citoyens, l’organisation réalise un calcul savant qui lui permet d’attribuer un score à chaque fournisseur et de rendre un avis sous forme de soleils. Plus l’entreprise a obtenu de soleils, plus son soutien à la filière renouvelable est important. Un système assez clair qui a pourtant été revu cette année, tout comme en 2016.

La raison ? Greenpeace souhaite, grâce à ces modifications, épouser au plus près la réalité des faits. C’est ainsi qu’après une cote unique sur 20 (en 2014) et un système de notation s’arrêtant à trois soleils (en 2016), chaque fournisseur peut cette année récolter un maximum de 4 soleils. Le Graal des entreprises de fourniture mettant un point d’honneur à favoriser une énergie propre. Car obtenir un bon score, c’est un argument commercial servi sur un plateau qui fait généralement mouche auprès des consommateurs.

Un nouveau calcul de la partie investissements pour cette version 2017

L'énergie éolienne, comme le solaire, fait partie des sources d’énergie durable.Dans le détail, Greenpeace a décidé cette année de revoir le volet investissements afin d’également tenir compte des désinvestissements. Reflétant la direction suivie par l’entreprise, cette partie était auparavant uniquement déterminée en prenant note des nouveaux investissements et en les comparant à la production actuelle (ou à l’acquisition) d’énergie afin d’évaluer correctement leur importance.

Si cette méthodologie est toujours d’actualité, Greenpeace a cette fois divisé les investissements en deux catégories : ceux réalisés durant les deux dernières années et ceux prévus dans les deux années à venir. De plus, l’organisation a choisi de récompenser les entreprises menant une politique de désinvestissement du charbon, du lignite et du nucléaire dans le but de lutter contre le réchauffement climatique. C’est en effet autant de millions d’euros qui peuvent soutenir la transition énergétique au lieu du développement de projets polluants. En clair, pour obtenir le score maximal au niveau des investissements, il faut faire des efforts à différents niveaux.

Vous êtes convaincu de l’intérêt de ce classement ? N’attendez plus alors pour vérifier la note de votre fournisseur actuel ! Si elle ne vous convient pas, rappelez-vous qu’il est possible de résilier votre contrat d’électricité à tout moment et gratuitement. En plus, vous pouvez compter sur notre aide en sachant que nous sommes joignables au 02 318 68 86, du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

Réagir !